• LE RÉSEAU

  •  

     

    Le Réseau des lieux de mémoire de la Shoah en France rassemble onze institutions adossées à un site historique et liées

    à l’histoire et à la mémoire de la persécution, de la déportation, de l’extermination, du sauvetage ou de la résistance des Juifs

    de France durant la Seconde Guerre mondiale.

     

    Encourageant le développement des liens entre ses membres, le Réseau vise à promouvoir la connaissance et la transmission de l’histoire de la Shoah à l’échelle nationale comme locale, contribuant à l’affirmation des valeurs républicaines et démocratiques, notamment dans la lutte contre toute forme de racisme et d’antisémitisme. Le Réseau s’appuie notamment sur de jeunes ambassadeurs de la mémoire.

     

    Depuis 2010, les onze institutions se réunissent à l’occasion de la Journée de la mémoire de l’Holocauste et de la prévention

    des crimes contre l’humanité, le 27 janvier. En janvier 2015, 70 ans après la libération des camps d’Auschwitz-Birkenau,

    elles ont convié 70 jeunes ambassadeurs de la mémoire à un séminaire national.

     

    Dans le prolongement de cette initiative, le Réseau est fondé en mars 2015 et une déclaration est officiellement signée

    le 23 mars 2016. Le Réseau est placé sous le haut patronage de la ministre de l’Éducation nationale, de l’Enseignement supérieur

    et de la Recherche, et du secrétaire d’État auprès du ministre de la Défense chargé des anciens combattants et de la mémoire.

    Il bénéficie du soutien de la Direction de la mémoire, du patrimoine et des archives du ministère de la Défense, de l’Office national

    des anciens combattants et victimes de guerre, de Œuvre nationale du Bleuet de France, et de la Fondation pour la Mémoire

    de la Shoah. Le Mémorial de la Shoah en assure la coordination et l’animation.

  • 11 INSTITUTIONS MEMBRES EN FRANCE, 14 LIEUX DE MÉMOIRE

    Amicale du Camp de Gurs

    Le camp de Gurs est situé en Béarn, approximativement au centre du département des Pyrénées-Atlantiques, à 20 km à l’est d’Oloron-Sainte-Marie et à 5 km de Navarrenx. Il fut un des plus vastes que la France ait connu à cette époque : 2 km de long sur 500 mètres de large.

     

    Le site du camp est ouvert au public et libre d’accès.
    Un mémorial national y a été construit en 1994 : il s’agit de la voie ferrée longue de 180 mètres (symbole de la déportation) reliant les deux grandes dalles portant des inscriptions commémoratives.
    La visite peut être faite seul, sans guide particulier. En effet, un aménagement permanent a été réalisé en 2007 pour les visiteurs.

     

    Cercil-Musée Mémorial des enfants du Vél'd'Hiv

    Le Musée-Mémorial des enfants du Vél'd’Hiv, créé en 1991, est situé depuis le 27 janvier 2011 au centre-ville d’Orléans. Il permet aux visiteurs d’être informés et sensibilisés à l’histoire des 16 000 Juifs, hommes, femmes dont 4 700 enfants internés dans les camps de Beaune-la-Rolande et Pithiviers avant leur déportation et leur assassinat, et des 1 200 Tsiganes internés à Jargeau. Le visiteur est conduit dans un espace muséographique articulé autour de photographies, de documents d’archives, d’actualités d’époque, de témoignages audio et vidéo et de multimédia. Des ateliers pédagogiques sont organisés afin d’amener les jeunes à réfléchir aux enjeux de cette histoire pour notre présent. Des rencontres avec des témoins et des historiens, des expositions temporaires et des manifestations culturelles sont programmées, notamment dans le cadre des Mardis du Cercil.

     

     

    Centre européen du résistant déporté (CERD). Site de l’ancien camp de concentration de Natzweiler

    Lieu de mémoire et de culture, le Centre européen du résistant déporté, grand bâtiment de béton aux lignes épurées recouvert de pierres sombres, conçu par l'architecte Pierre-Louis Faloci, accueille le visiteur sur le site de l'ancien camp de concentration de Natzweiler.

     

    Il est le vecteur de l'histoire et de la mémoire de la déportation et des Résistances européennes. Conçu comme un lieu d'information, de réflexion et de rencontre, le Centre européen présente l'histoire des Résistances qui, dans toute l'Europe, se dressèrent contre la domination fasciste et nazie et montre l'implacable organisation de mise à mort du système concentrationnaire nazi.

     

    Centre d’histoire de la résistance et de la déportation, Lyon

    À Lyon, comme en d’autres villes et particulièrement dans la moitié sud du pays, naît à la faveur du vingtième anniversaire de la Libération, un musée de la Résistance animé par d’anciens résistants et déportés, soucieux de préserver les traces de leur histoire.

     

    Porté par quelques résistants de l’intérieur et de la France libre avec le soutien du maire de l’époque, Louis Pradel, le premier musée de la Résistance et de la Déportation est inauguré le 8 mai 1967 rue Boileau, dans une salle prêtée par le Muséum d’histoire naturelle.

     

    Site-Mémorial du Camp des Milles

    Le Site-Mémorial a été conçu, principalement pour les jeunes, non seulement comme un musée d'histoire et un lieu de mémoire préservé, mais aussi comme un espace de culture patrimoniale et artistique et comme un "musée d'idées", un laboratoire innovant dans son contenu comme dans ses dispositifs pédagogiques.

     

    Ainsi, pour la première fois au monde, le Site-Mémorial du Camp des Milles fournit, sur un lieu de mémoire, des repères pluridisciplinaires et des clés de compréhension qui peuvent aider à être vigilant et à réagir à temps face aux crispations identitaires et aux extrémismes.

     

    Lieu de mémoire au Chambon-sur-Lignon

    Le Lieu de Mémoire est dédié à l’histoire et à la mémoire de l’accueil et de la résistance sur le Plateau Vivarais-Lignon pendant la Seconde Guerre mondiale. Il se veut surtout lieu de transmission, notamment auprès des jeunes générations.

     

    Le parcours permanent et la salle des témoignages permettent de découvrir et comprendre l’engagement en résistances des habitants qui ont notamment accueilli et protégé de nombreux réfugiés juifs 

     

    Maison d’Izieu, Mémorial des enfants juifs exterminés

    Lieu d’histoire et de mémoire ouvert à tous, le mémorial de la Maison d’Izieu perpétue le souvenir des enfants et des adultes juifs qui y avaient trouvé refuge de mai 1943 à la rafle du 6 avril 1944.

     

    Attaché au présent et tourné vers l’avenir, il suscite la réflexion sur le crime contre l’humanité et les circonstances qui l’engendrent. À travers l’évocation des enfants juifs d’Izieu et de leurs éducateurs, c’est contre toute forme d’intolérance et de racisme qu’il entend lutter.

     

    Mémorial de la Shoah, Paris, Drancy et Toulouse

    Le Mémorial de la Shoah a ouvert ses portes au public en janvier 2005, sur le site du Mémorial du Martyr Juif Inconnu. Inaugurée au tournant du « siècle des génocides », tournée vers l'avenir, cette institution est un pont jeté entre les femmes et les hommes contemporains de la Shoah et ceux qui n'ont pas vécu, ni directement ni par la médiation de leurs parents, cette période historique.

     

    Inscrit dans la continuité du Centre de documentation juive contemporaine (CDJC) et du Mémorial du Martyr juif inconnu, le Mémorial de la Shoah n'en constitue pas moins une nouvelle étape de la transmission de la mémoire et de l'enseignement de la Shoah, qui étaient jusqu'alors essentiellement portés par les témoins directs de l'extermination des Juifs d'Europe.

     

    Mémorial de l’internement et de la déportation/ Camp de Royallieu, Compiègne 

    Le 23 février 2008 a été inauguré à Compiègne le Mémorial de l'internement et de la déportation sur le site même de l'ancien camp de Royallieu à Compiègne. La caserne de Royallieu a été construite en 1913 et regroupe 25 bâtiments sur une surface de 16 hectares. 

     

    De 1941 à 1944, elle fut transformée par l'armée allemande en l'un des principaux camps de transit de France. De l'ancien camp sont conservés trois bâtiments qui deviennent eux-même objets d'exposition. Toutes les matières, couleurs et décors qui ont été utilisés depuis sa construction en 1913 ont été dévoilés par des procédés ingénieux. 

     

    Mémorial du Camp de Rivesaltes

    Le projet a pour ambition d'être un espace de référence de l'histoire de l'internement en France, à travers l'histoire du camp et les conséquences des conflits qui ont précipité dans ce lieu des étrangers considérés par l'Etat, comme indésirables (Espagnols, Juifs, Tsiganes, Harkis...).

     

    Il repose sur trois piliers de réflexion et d'action :

     

    • La recherche historique, la restitution et le partage de cette connaissance avec les publics.
    • Une mission pédagogique et éducative.
    • Une approche sensible et différente, grâce à l'art qui lui aussi permet d'interroger l'histoire.

    Mémorial national de la prison de Montluc 

    Le Mémorial National de la prison de Montluc ouvre ses portes au public en 2010 avec pour objectif de rendre hommage aux milliers de Résistants, Juifs, et otages, victimes des nazis et de Vichy, pendant la période de la Seconde Guerre mondiale, et de mieux comprendre la mise en place des politiques de répression.

     

    Haut lieu de la Mémoire nationale, le Mémorial a rejoint en 2010 les sites gérés par le Ministère de la Défense, propriétés de l'État. Ces hauts lieux de la mémoire nationale évoquent chacun un aspect de la mémoire des conflits contemporains. Ce sont des lieux de cérémonies et de recueillement, mais aussi de transmission de la mémoire où sont notamment organisées des actions pédagogiques à destination du jeune public.

     

  • LES PARTENAIRES DU RÉ​SEAU

    Sous le haut patronage de la ministre de l’Éducation nationale, de l’Enseignement supérieur et de la Recherche, et du secrétaire d’État auprès du ministre de la Défense, chargé des anciens combattants et de la mémoire

    Direction de la Mémoire du Patrimoine et des Archives

    Relevant du secrétariat général pour l'administration (SGA), la direction de la mémoire, du patrimoine et des archives (DMPA) a trois grands domaines de compétence : l'immobilier et l'environnement, la politique culturelle, éducative et de mémoire, les archives et les bibliothèques.

     

    La sous-direction de la Mémoire et de l'action éducative (SDMAE) a en charge l’élaboration et la promotion de la politique publique de la mémoire des conflits contemporains. Elle mène des actions dans le domaine de la mémoire et soutient des projets pédagogiques. Elle a en charge la restauration des hauts lieux de mémoire.

     

    ONAC

    Né au coeur de la Première Guerre mondiale, devant l'urgence des souffrances humaines, l'Office national des anciens combattants et victimes de guerre (ONACVG), établissement public d'Etat, continue aujourd'hui encore, à apporter un soutien moral et matériel de l'Etat à plus de 3 millions de ressortissants.

     

    Au fil des conflits successifs qui ont marqué l’Histoire de la France depuis le début du XXème siècle, l'Office national des anciens combattants et victimes de guerre a vu s’enrichir les facettes de ses missions fondatrices de reconnaissance et de réparation. Sa devise actuelle « Mémoire et Solidarité » rappelle que l’établissement public s’investit pleinement dans la préservation des droits matériels et moraux du monde combattant, mais aussi dans la transmission des valeurs de ce dernier.

     

    Fondation pour la Mémoire de la Shoah

    La Fondation pour la Mémoire de la Shoah est une fondation privée reconnue d’utilité publique.

    Sa dotation provient de la restitution par l’État et les établissements financiers français des fonds en déshérence issus de la spoliation des Juifs pendant la Seconde Guerre mondiale.

     

     

    La Fondation apporte un soutien permanent au Mémorial de la Shoah à Paris et à Drancy.

     

    Elle a également pour vocation de soutenir des projets dans six domaines :

    • la solidarité envers les survivants de la Shoah
    • la recherche historique
    • l’enseignement de la Shoah
    • la transmission de la mémoire
    • la culture juive
    • la lutte contre l’antisémitisme et le dialogue interculturel

    Et avec le soutien de la DILCRA

All Posts
×